Flaschenpost Logo

Ton panier est vide.

Vas-y et remplis ton panier avec les meilleurs vins.

Tu ne sais pas par où commencer?

No. 35

Changement de vie radical

«Les vins sont comme des œuvres d’art. Ils sont uniques car ils reflètent la personnalité des hommes qui les façonnent. C’est exactement la raison pour laquelle nous éditons ce magazine. Nous voulons te raconter les histoires qui se cachent dans les vins. Aujourd’hui nous te proposons de te laisser inspirer par les différentes personnalités des vins! Anticonformiste épris de liberté, fin renard ou calme personnifié... qui invites-tu à ta table? Nous te souhaitons une agréable lecture.»

Dominic Blaesi & Renzo Schweri

Fondateurs

Bouteille de Réserve de Georges de Maison Ventenac

«Je n’aurais jamais pensé qu’un jour je deviendrais vigneron.» – Olivier Ramé

Une reconversion professionnelle à fond les manettes

Il y a 15 ans, la vie d’Olivier Ramé était encore complètement différente. Avec sa femme, Stéphanie, ils vivaient dans un appartement à Paris. Lui était conseiller financier, elle chargée de marketing. Tous deux aimaient le vin, d’autant que Stéphanie venait d’une famille de vignerons. Mais Olivier n’aurait jamais pensé qu’un jour il deviendrait vigneron. Sa carrière d’expert en fusions d’entreprises était toute tracée, alors pourquoi envisager de tout recommencer à zéro? Pourtant, de plus en plus souvent, Olivier en avait assez de la capitale et du monde de la finance. Lorsqu’un jour, son beau-père a annoncé vouloir vendre son domaine, un sursaut a parcouru le jeune Français, qui a décidé de prendre un tout nouveau chemin. Il a démissionné de son poste et a suivi une formation en viticulture. Mais il a été très vite clair qu’en tant que vigneron, il ne se contenterait pas de suivre les sentiers battus. Il a donc voyagé dans le monde entier pendant deux ans et a visité 200 régions viticoles. «Mon but était d’acquérir un maximum d’expérience dans le domaine du vin, de voir comment il est produit ailleurs et de trouver mon propre style», explique l’ambitieux nouveau venu dans la viticulture. Les premières années en tant que vigneron ont été difficiles, car le domaine avait jusque-là été géré de manière très conventionnelle et ne mettait pas son vin en bouteilles lui-même, mais le vendait à des intermédiaires. Un gros travail et un changement complet de méthode s’imposaient pour faire de la «Maison Ventenac» le domaine bio et innovant qu’il est aujourd’hui. Dans ses loisirs aussi, Olivier prouve que les sentiers semés d’embûches ne lui font pas peur: sur son vélo gravel, il explore en long et en large les paysages du Sud de la France, au gré de ses envies. Sans jamais perdre le cap et toujours à fond!

Bouteille de La Muse de Maison Ventenac

Olivier Ramé veut te faire changer d’avis sur le vin

«Je veux faire tomber le vin de son piédestal», déclare Olivier Ramé avec un petit ton rebelle, «nous devons le remettre là où il doit être, dans nos caves». Au final, ce qui compte, ce n’est pas ce qui est inscrit sur l’étiquette. Pour le palais, seul compte que le vin soit bon. «Appellation? Château? Cela ne m’intéresse pas!» Un point de vue plutôt radical. Surtout pour un Français et encore plus pour un vigneron qui pourrait inscrire les deux à son palmarès ou plutôt sur ses bouteilles. Ses deux années de voyage à travers les régions viticoles du monde entier ont fait de lui un «dissident»: «Je fais les vins qui me plaisent et non les vins que l’on attend de moi.» Il vinifie ainsi, par exemple, des vins issus de monocépages, dont «La Muse», ce qui est contraire aux règles de l’AOP Cabardès. Lorsqu’il s’est installé dans le Sud de la France et qu’il s’est mis à poser des questions, il a vite été qualifié d’«un peu fou». Olivier est tout simplement un homme qui ose suivre son propre chemin. Y compris là où d’autres ne verraient que des voies sans issue. En 2013, le vigneron perd l’annulaire de la main gauche en travaillant sur une machine. Malgré tout, quelques années plus tard, il commence à prendre des cours de guitare. Et le résultat est là: c’est possible, même avec un doigt en moins! C’est une question de volonté. Olivier est convaincu que nous avons tous un «côté dissident». Pour le trouver, il nous suffit de nous impliquer pour ce qui compte vraiment pour nous, sans faire de compromis. Le «côté dissident» est le terrain pour se dépasser soi-même. Olivier Ramé en est l’exemple type. À travers son parcours de vie hors du commun et à ses vins radicalement bons.

Nos topsellers